Uma senha ser-lhe-á enviada por correio electrónico.

Paris, et la Cathédrale de Notre Dame, est au centre des attentions que ce soit en France mais également dans le monde entier qui continue sous le choc après l’incendie qui a ravagé le monument parisien lundi soir. Géraldine Ribeiro, Directrice franco-portugaise de l’Agence G37 qui se trouve au Portugal, assume son attachement pour ce monument faisant partie du Patrimoine français et mondial, tout en regrettant les réactions négatives qui commencent à être propagé par les réseaux sociaux.

Plus de 24h après l’incendie, quel est votre sentiment?

Un sentiment de profonde tristesse et de désolation, mais aussi de soulagement en voyant mardi matin, que la structure de base avait résisté et qu’on n’a pas tout perdu, puisqu’on a appris que la plupart des œuvres avaient aussi été déplacées pour les travaux, une belle partie du patrimoine a été sauvée, mais la perte reste quand même énorme. J’ai été aussi touchée par la solidarité mondiale, il y a eu une vraie onde internationale, le monde a été choqué, ce qui prouve l’importance d’un monument classé au patrimoine mondial de l’humanité.

Qu’avez-vous ressenti en voyant les images?

J’ai vu les premières images dès le début du feu, ce qui fait que j’ai de suite eu peur qu’il s’agisse d’un acte criminel comme un attentat, qui outre les dégâts que l’on sait, de la perte du patrimoine, aurait eu des conséquences hautement plus graves pour le monde. Puis j’ai vu les échafaudages et j’ai alors de suite pensé que cela devait être dû aux travaux, alors ma pensée a de suite été vers le personnel qui y travaillait ou les touristes qui pouvaient encore s’y trouver puisque on était proche de l’horaire de fin des visites. J’ai eu très peur qu’il puisse y avoir des vies en danger dans l’édifice. Heureusement de ce côté-là, ça a été un miracle et personne n’est mort. Après cette première double peur simultanée, c’est l’image désespérante de voir que le feu paraissait s’intensifier, et là ça a été un vrai mal au cœur, cette sensation où on se dit “Oh non pas ça, pas Notre Dame !”. Même sans savoir quand s’arrêterait le feu et les dégâts que cela pourrait causer, je savais déjà que le peu qu’on pouvait imaginer, rien que par les images, était déjà de trop, car justement ce n’est pas n’importe quel bâtiment, c’est un monument, et quel monument, un patrimoine de l’humanité qui existe depuis presque 900 ans, qui a mis presque 2 siècles à être construit, donc là on réalise et on a envie de pleurer de voir une partie de toute cette histoire partir en fumée… On reste devant son écran, incapable de pouvoir faire quelque chose et juste espérer que cela s’arrête au plus vite.

Que représente pour vous Notre Dame?

Notre Dame, pour moi c’est déjà une des cathédrales les plus impressionnantes du monde, non pas que par son architecture, mais aussi surtout de par les histoires qu’elle porte en elle, aussi par tout ce qu’elle a inspiré et le symbole et la place majeure qu’elle a dans des œuvres comme celle de Victor Hugo ou des films, puis bien entendu pour moi qui ait vécu plus de 30 années de ma vie à Paris, c’est un peu le cœur de notre capitale, c’est un des monuments qui représente la ville, voir Notre Dame, c’est comme le sacré cœur ou la tour Eiffel, on sait de suite qu’on est à Paris, puis comme catholique, c’est aussi un lieu sacré dans le lequel il est impossible de rentrer sans se sentir émue.

Au Portugal, comment les gens réagissent à ces événements?

Au Portugal, très vite, à l’image du reste du monde, le pays s’est trouvé ému par les images du drame et profondément triste, on sentait que ce monument leur appartient aussi, que c’est un patrimoine de l’humanité qui était touché. Puis beaucoup de personnes ont commencé à partager des photos souvenirs d’elles devant la Cathédrale (ce que je n’ai pas vu sur les réseaux français), prouvant encore le symbolisme de la Cathédrale comme “Photo souvenir de Paris”, comme un moment de bonheur vécu devant elle. Mais ce mardi matin, les réactions ont un peu changé et se sont diversifiées. Dès lors que le choc de départ, du drame et des pertes de l’incendie, est passé, ça a de suite laissé place à des mauvais commentaires. Comme par exemple, que le monde entier est traumatisé alors que la Cathédrale n’est pas totalement détruite et qu’aucune vie n’est perdue, alors que dans beaucoup d’autres lieux au monde, d’autres catastrophes ont détruit des bâtiments, et des milliers de vies sont en risque et plusieurs perdues et cela n’a pas autant ému le monde, comme la catastrophe au Mozambique. Plusieurs appellent donc à relativiser. Mais surtout un autre choc vient du fait de l’annonce des sommes de dons offerts pour reconstruire la Cathédrale, plus de 350 millions en moins de 12h et les offres continuent. Alors des portugais ont crié au scandale quand le gouvernement Portugais a annoncé qu’il allait lui aussi participer aux dons, car pour beaucoup de personnes ici, s’ils sont tout à fait d’accord pour aider car c’est un peuple généreux et très solidaire, ils estiment que sur ce coup, aux vues des dons déjà versés qui sont impressionnants. Certains portugais estiment que dans ce cas, ce n’est pas la peine que le pays s’endette encore plus, au lieu d’aider encore plus, par exemple les vies en risque au Mozambique ou d’autres parlent de régler d’abord les problèmes internes de misère, et font aussi référence au dernier scandale des dons mal distribué à Pedrógão Grande.

Qu’espérez-vous maintenant?

Maintenant, j’espère que les pompiers ont pu bien se reposer après une nuit de cauchemar sans relâche, j’espère que l’argent provenant des dons sera bien utilisé, que le patrimoine sera au mieux réparé en conservant et respectant au mieux l’authenticité de départ. Que la France et le monde retrouve vite (tout est relatif) sa Cathédrale Notre Dame, dans toute sa splendeur.

 

Gostou deste artigo? Vote, participe!
Votação do Leitor 6 Votos
6.8
X