Uma senha ser-lhe-á enviada por correio electrónico.

Sandra Lopes, cap-verdienne habitant sur le territoire français et occupant le poste de relation publique à l’Ambassade de Cabo Verde en France, nous a livré son témoignage sur les droits des femmes et les inégalités femmes-hommes entre cap-verdiens et français.

« Je pense que la journée de la femme est une bonne chose dans l’ensemble, cela dit personnellement je n’ai pas besoin d’une journée pour me mettre en valeur. Je le fais quotidiennement et au nom des femmes, en tout cas, pour ma part, dans mon métier, puisque je suis souvent amenée à représenter la gente féminine.

Je dois également reconnaître que dans mon métier, je ressens la différence entre les hommes et les femmes. J’incite les femmes à aller de l’avant, à leur montrer qu’aujourd’hui, en 2019, il y a peu de choses où les femmes ne sont pas aussi compétentes qu’un homme.

Il y a des différences entre cap-verdiens et français. Toutefois la cap-verdienne de France ou la cap-verdienne qui est restée au pays, elles œuvrent pour les réduire. Cette année on a eu des députés qui sont venus débattre sur le sol français sur le thème ‘l’égalité des genres et des sexes’, et on œuvre dans ce sens-là, pour atténuer les différences. Le Cap-Vert et la France, il faut rappeler que ces pays sont sur deux continents différents. Les possibilités, les avancées, les nouvelles technologies font qu’en France elles ont déjà une bonne longueur d’avance, cela dit je reste optimiste et je pense que les femmes au Cap-Vert sont en bonne voie pour réduire les différences hommes/femmes ».

 

Gostou deste artigo? Vote, participe!
Votação do Leitor 7 Votos
8.2
X