Une deuxième session de «Débats au Palais de Santos» à Lisboa prévue le 17 juin

Donativos LusoJornal

 

Les Débats au Palais de Santos, siège de l’Ambassade de France au Portugal, sont de retour ce jeudi 17 juin simultanément en présentiel et en ligne pour une seconde édition portant sur la question de l’avenir commun entre les jeunesses africaines et européennes.

L’Ambassade de France au Portugal et l’Institut français du Portugal, à l’origine de ces débats, ont pour objectif «d’encourager la réflexion sur les grandes questions de notre temps, en particulier chez les jeunes portugais».

En effet, il ne s’agit pas là d’une simple conférence, mais de débats «visant un format dynamique, avec de courtes interventions et de nombreuses questions et réponses, pour un véritable échange d’idées avec le public» communique l’Ambassade sur son site web.

Une première session a ainsi eu lieu en mars 2021 sur la question de l’égalité hommes-femmes en temps de pandémie. Malheureusement, à cause de la situation sanitaire de cette période, la rencontre n’a pu se faire qu’en ligne via Zoom. L’Ambassade de France au Portugal considère tout de même que ce débat a rencontré un franc succès puisqu’il comptait une centaine de participants.

La situation sanitaire ayant évolué depuis mars, la deuxième session de débats du 17 juin va pouvoir avoir lieu pour la première fois en présentiel au Palais de Santos, à Lisboa. De quoi favoriser la participation du public, sans problème de connexion éventuel. Cependant, la transmission des débats en ligne présentant tout de même certains avantages, notamment pour ceux qui n’auraient pas l’occasion de faire le déplacement, la séance sera tout de même diffusée sur Zoom.

Les débats se font en portugais et en français selon les différents intervenants. Pour ceux qui souhaiteraient y participer mais qui ne comprennent parfaitement l’une de ces deux langues, pas de panique: une traduction simultanée sera à disposition. La seule condition, c’est de ramener son propre smartphone et ses propres écouteurs afin de respecter les restrictions sanitaires.

Ainsi, la grande question qui occupera le débat ce jeudi 17 juin de 16h00 à 17h30 sera la suivante: «Afrique – Europe, quel avenir commun pour nos jeunesses?».

Une question importante aux yeux des organisateurs de l’évènement en considérant l’évolution de ces deux continents. L’Europe, vieillissante, fait face à une Afrique «rajeunissante»: cette dernière verra sa population doublée et rajeunir d’ici 2050, estimant que plus de la moitié de sa population aura ainsi moins de 25 ans.

L’Ambassade rappelle le lien fort de l’Afrique avec le Portugal et la France dû à leur passé colonial, «un passé commun et douloureux qui pèse encore sur les mémoires». Finalement aujourd’hui, les jeunesses de ces deux continents voisins «se regardent et s’observent sans vraiment se connaître».

C’est la raison pour laquelle les organisateurs ont fait appel à 4 intervenants d’origines différentes qui viendront débattre sur la façon de dépasser ce passé colonial et sur les initiatives qui peuvent être mises en avant afin d’accroître les échanges entre les jeunes européens et africains.

L’évènement débutera à 16h00 par un discours d’ouverture d’une dizaine de minutes de l’Ambassadrice de France au Portugal, Florence Mangin, et de la programmatrice des Débats au Palais de Santos, Irène Pimentel, historienne avant tout.

En ce qui concerne la question de la mémoire au cœur des relations entre ces deux continents, ce sont l’historien français Benjamin Stora et la réalisatrice portugaise Joana Pontes qui auront l’occasion de prendre la parole. Et en ce qui concerne l’idée d’un possible imaginaire commun entre les jeunesses européennes et africaines, ce sont la chercheuse portugaise Amélia Polónia et l’ancien joueur de football franco-ivoirien Siramana Dembélé qui en discuteront tout en évoquant l’espoir que représente les échanges culturels (sport, art, échanges universitaires…) dans cet imaginaire commun.

Enfin, suite à chacune de ces interventions, deux temps de questions réponses auront lieu pendant une vingtaine de minutes et seront modérés par Irène Pimentel.

 

Comunidade