Bartolomeu Lourenço de Gusmão, l’inventeur de la «montgolfière»… avant Montgolfier

Donativos LusoJornal

 

Je vous le conçois, le titre de cet article pourrait être: «Bartolomeu Lourenço de Gusmão: le père de l’aérostation».

À la Bibliothèque Nationale de Paris est archivée la figure fantaisiste de la barque inventée en 1709 par Gusmão, pour s’élever et se diriger dans les airs, ce type d’engin selon son auteur pourrait voler jusqu’à 1.000 kilomètres en une journée!

Né au Brésil et déménagé à Lisboa, Bartolomeu Lourenço de Gusmão, obtiendra pour cette «machine volante» un brevet le 19 avril 1709.

Le 6 mai, l’inventeur commence la fabrication de cette mystérieuse machine.

Une première démonstration devait avoir lieu devant le roi Jean, le jour de la Saint Jean (le 24 juin), c’est finalement le 3 août 1709 que Bartolomeu Lourenço de Gusmão organisa devant la haute noblesse portugaise, la première démonstration avec un ballon de petite dimension. Lors de cette première démonstration connue, réalisée à la Maison du Fort, à l’intérieur du Palais-Royal, le prototype utilisé prit feu avant de s’envoler.

D’autres démonstrations se suivront à intervalle de quelques jours:

– Le 5 août: Deuxième expérience, tenue à la Maison Royale (Palácio Real): le ballon, avec un bol d’alcool brûlant au fond, prend feu à nouveau, à une hauteur de 4 mètres.

– Le 6 août: Troisième expérience, tenue à la Casa do Forte (Palácio Real): le dirigeable, contenant une bougie allumée à l’intérieur, effectue un court vol, mais s’éteint à l’atterrissage.

On progresse, on progresse. Le 7 août, quatrième expérience, tenue au Terreiro do Paço: le ballon monte à haute altitude, atterrissant, quelques minutes plus tard, tout en douceur.

Et pour confirmer la belle invention, le 8 août, la cinquième expérience est tenue dans la salle d’audience (Palais Royal): le dirigeable monte au plafond, où il reste quelques minutes, puis redescend doucement.

Le 30 octobre, nouvel essai de la «gondole volante», couronné de succès.

Toutes ces expériences avaient été suivies par les autorités de la société portugaise, mais cela ne fut pas suffisant pour rendre l’invention populaire. Les petits ballons montrés, outre de ne pas avoir été considérés comme des innovations importantes ou utiles, n’étaient pas contrôlables. Ils étaient emportés par les courants atmosphériques et furent considérés comme dangereux, pouvant provoquer des incendies. Un modèle plus grand, dirigeable, ne fut donc pas construit.

Il fera toutefois, en 1710, son premier vol.

Ce n’est qu’au bout de plusieurs tentatives infortunées (plusieurs incendies de l’engin, qui utilisait la combustion d’alcool pour s’élever dans les airs) qu’il réussit à faire un vol contrôlé de l’aérostat. Il sauta du Castelo São Jorge de Lisboa et tomba un kilomètre plus loin.

Nous ne savons pas grand-chose de ce à quoi pouvait ressembler la «Passarola», les documents originaux se sont malheureusement perdus ou incendiés par l’Inquisition.

Encore en 1710, il publie diverses manières d’expulser, sans personnel, l’eau des embarcations, dans lequel il décrit un nouvel appareil qu’il a inventé pour expulser l’eau qui submerge les embarcations, ceci conduira à ce que le 27 septembre 1713, il obtienne le brevet pour cette invention en Hollande, sous le numéro 1.665.

De retour au Portugal, Bartolomeu Lourenço de Gusmão reprend des études à l’Université de Coimbra. Il les terminera en 1720. Appelé par le roi à servir dans le Ministère des Affaires Étrangères, il sera nommé au Secrétariat d’État, il y exercera différentes fonctions, s’occupant notamment du déchiffrage des messages codés interceptés de diplomates étrangers.

Mais il continue à se consacrer à de nouvelles inventions. En 1721, il étudie la fabrication du charbon et en 1724, il crée une machine augmentant le rendement des moulins hydrauliques reconnus par le brevet portugais du 18 juillet de la même année. Ce sera sa dernière invention officielle.

Promu Académicien et Aumônier royal, Gusmão dut arrêter ses essais à cause de l’Inquisition qui jugea ses inventions sataniques. L’Inquisition ira jusqu’à brûler les documents scientifiques de Bartolomeu Lourenço de Gusmão.

Sur le point d’être dénoncé par l’Inquisition comme «apostat judaïsant», Bartolomeu Gusmão craignant la délation s’enfuit de Lisboa le 26 septembre, direction l’Espagne.

Bartolomeu Lourenço de Gusmão, né à Santos, au Brésil, le 18 décembre 1685, de nationalité portugaise – le Brésil étant à l’époque une colonie portugaise – il décédera en exil à Tolède (Espagne), le 18 novembre 1724.

Il restera, toutefois, connu pour la postérité comme étant le “Prêtre volant”, le pionnier et «Père de l’aérostation», l’inventeur de la “Passarola”, c’est-à-dire “oiseau femelle”.

Les frères Joseph-Michel et Jacques-Etienne Montgolfier, quelques dizaines d’années plus tard, inventeront la montgolfière, ballon à air chaud avec lequel ils réaliseront, en 1783, ce qui sera considéré comme le premier vol de l’être humain.

 

Comunidade