Uma senha ser-lhe-á enviada por correio electrónico.

I Guerre Mondiale: Les 7 bornes commémoratives portugaises du front ou «sete pequenos padrões»

Pour comprendre l’implantation de ces bornes, il est bien de reprendre la genèse de ces petits monuments commémoratifs. L’essentiel des informations est communiqué par la revue du Touring Club de France.

Après-guerre, des bornes sont installées le long de la ligne de front du 18 juillet 1918, marquant la fin de l’avancée allemande. Le sculpteur Gabriel Paul Moreau – dit Moreau-Vauthier, ajout du nom de naissance de sa maman – est le créateur de ces bornes.

En 1921, le Touring Club de France (TCF), aidé de son homologue belge, lance des appels réguliers à souscription pour obtenir des fonds, privés et publics, de toute somme, même minime. Il y a de très nombreux petits donateurs qui ne figurent pas sur les listes nominatives publiées par le TCF.

Cet appel à souscription concerne toutes les nations alliées qui ont combattu en France pendant la première guerre mondiale, ceci pour honorer la mémoire des combattants de toute nationalité. Il cible en premier les anciens combattants pour l’aspect patriotique, puis se généralise à toute la population pour l’aspect tourisme de mémoire.

Les noms des donateurs d’un montant de 3.500 francs (ou plus), c’est-à-dire le coût d’une borne, sont gravées au bas du monument de granit rouge des Vosges, en dessous des mots «Touring Club de France». Ces bornes sont érigées de la mer du Nord à la frontière Suisse.

 

Il est bien de parler maintenant des bornes souscrites par le Portugal dans le Pas-de-Calais, une source donnant des éléments erronés, reproduits dans divers écrits depuis 1936.

A la même époque, en 1921, se crée au Portugal une Commission des monuments de la grande guerre. Deux Commissions en fait, une centrale et une exécutive. Participe à la Commission centrale le soldat photographe de la grande guerre en France, Arnaldo Garcez, le Président est Bernardo de Faria.

Les principaux officiers qui ont dirigé l’Armée portugaise en France et en Afrique, sur terre et sur mer participent à la Commission exécutive: Sá Cardoso est le Président, Roberto Baptista qui participe à la pose de la première pierre du monument de La Couture le 11 novembre 1923 et à l’inauguration officielle des «sete padrões» en France, De Cerqueira représentant la Marine qui a la même mission que Baptista, Tamagnini de Abreu, Rosado, Gomes da Costa, Machado, Sousa Rosa, De Castro, Ribeiro, Pires Monteiro.

La Commission portugaise des monuments de la grande guerre adhère au projet du Touring Club de France. Elle met en œuvre un appel à souscripteurs pour collecter des fonds et financer des bornes.

Les anciens combattants portugais sont sollicités, ainsi que la population du Portugal. Des éditions de cartes postales tirées des photos de la présence portugaise en France en 1917 et 1918 servent de support à la collecte d’argent, ainsi que l’organisation de nombreuses manifestations populaires (corridas de taureaux, concerts, etc…).

Une somme couvrant le financement de 7 bornes est proposée au Touring Club de France, c’est-à-dire 24.500 francs.

Les communes choisies pour l’implantation des petits monuments concernent le front devant Béthune en juillet 1918, de Saint-Floris à Essars, zone où les divisions du Corps expéditionnaire portugais étaient présentes, avant l’invasion finale allemande du printemps 1918. Pour mémoire, le front portugais d’avant la Bataille de la Lys occupe une ligne passant par Fleurbaix, Laventie, Neuve-Chapelle, Richebourg,…

Les noms gravés initialement sur les 7 bornes portugaises ou «sete padrões » sont: Saint-Floris – Robecq – Mont-Bernanchon – Hinges (2 bornes) – Locon – Béthune (Essars pour les Portugais, Beuvry le Hamel aujourd’hui. Béthune est peut-être inscrit pour se différencier des autres communes nommées Le Hamel en France? Comme celle de la Somme, mémoire du front australien). Des noms de communes ne sont plus lisibles aujourd’hui.

 

Remarque importante: une source, reproduite dans divers écrits portugais depuis 1936, donne le nom Pont du Hem, La Gorgue, Nord comme lieu d’inauguration officielle de la 1ère borne Touring Club de France, don du Portugal en avril 1923: «Padrões da grande guerra, consagração do esforço militar de Portugal 1914-1918» Lisboa 1936.

Il s’agit en fait de la borne inaugurée devant Béthune à Essars, lisible sur une carte postale de la Commission portugaise des monuments, Le Hamel lieu-dit de Beuvry (aujourd’hui). Elle porte le nom de la commune de Béthune, toujours visible. Elle est inaugurée en présence du Maréchal Joffre et de la mission portugaise le 11 novembre 1923, célébration couverte par la chorale de la ville d’Essars.

Cette borne aurait-elle été déplacée de quelques mètres? De la commune d’Essars à la commune de Beuvry?

Quels étaient les donateurs portugais? Privés, publics? Y avaient-ils de grosses souscriptions personnelles, du montant d’une borne, comme en Belgique ou aux Etats-Unis?

Une borne près de Béthune dans le Pas-de-Calais qui mérite d’être redécouverte? De disposer d’un panneau d’informations historiques?!

Merci à Carlos Alves Lopes et Patrick Rapoye pour leur aide.

 

Sources: La Presse, Gallica Bibliothèque nationale de France dont la revue du Touring Club de France, années 1921 à 1931 – Médiathèque de l’architecture et du patrimoine – Groupe Facebook Corpo expedicionário português – Revues portugaises dont L’illustration de décembre 1923, Comissão dos padrões de décembre 1930.

Un complément concernant la souscription interalliée du Touring Club de France et d’autres photos à lire/voir à ce lien: https://memoiredhistoires.com/2020/06/26/bornes-moreau/

 

Myriam Bruzac, juillet 2020.

Auteure de https://memoiredhistoires.com/

 

Comunidade
X