Uma senha ser-lhe-á enviada por correio electrónico.

Jaime Pinto a été témoin de la situation de panique à Villejuif

L’attaque au couteau qui a fait deux morts, dont l’assaillant, et deux blessées, vendredi dernier, au parc des Hautes-Bruyères à Villejuif a choqué les habitants de la commune du département du Val-de-Marne.

Jaime Pinto, Portugais en France depuis 1985, a assisté au vent de panique à Villejuif: «J’habite à côté du parc. J’ai vu des pompiers courir partout et j’ai entendu des cris. J’étais à la maison, je suis descendu pour voir ce qu’il se passait, mais la police nous a interdit tout accès», raconte cet habitant.

Le bilan est lourd lors de l’attaque: Michalski J., 56 ans, un habitant de Villejuif, électricien, est mortellement touché au cœur en tentant de protéger sa compagne Karine G., 47 ans, blessée au cou. Une jeune femme de Maisons-Alfort, Aurore K., 30 ans, est atteinte légèrement au dos.

Quant à l’assaillant, Nathan C., 22 ans, radicalisé et souffrant de troubles psychiatriques, il a été abattu par les policiers. Le parquet national antiterroriste s’est saisi de l’affaire samedi soir.

A Villejuif depuis 1990, Jaime assure qu’il n’a jamais eu peur malgré la panique: «Ce genre de choses peut arriver partout. Toutefois ce que je peux dire, c’est que Villejuif est une ville tranquille», et il ajoute même que ce Parc est très prisé: «Les Hautes Bruyères, c’est un parc près d’un canal, tranquille, où les gens vont courir, jouer au football, au basket-ball. Pour moi ce parc est un paradis près de Paris», conclut Jaimes Pinto de 56 ans.

Tout le week-end, les grilles d’entrée du parc départemental sont restées fermées au public. Au poste de police municipale de Villejuif, les drapeaux tricolores étaient aussi en berne.

 

Comunidade
X