Uma senha ser-lhe-á enviada por correio electrónico.

Le fado est de retour à La Belote

Donativos LusoJornal

 

La belote, c’est un petit bistro de quartier, comme il en reste encore à Paris. Des reproductions de panneaux d’azulejos sur les murs le différencient. Nous sommes à Paris, mais au Portugal aussi.

L’histoire entre La Belote et le fado est ancienne et discontinue, au gré des changements de propriétaires qui ont jalonné son histoire. Il est déjà loin, le temps où le guitariste Casimiro Silva, devenu aujourd’hui un vétéran toujours actif et apprécié de la scène fadiste parisienne, y organisait des soirées de fado.

Longtemps après, la jeune Lúcia Araújo y exerça parfois son talent, puis les étudiants de l’Académie de fado investirent plusieurs fois le lieu, avant cette pandémie fatale.

Ultime changement de main il y a quelques mois, c’est Dona Josefa, la cuisinière de la maison, qui en a repris les rênes, et nous confia début septembre son intention de renouer avec le fado. Chose dite, chose faite ce 12 octobre, avec la complicité de João Filipe, un ancien de l’Académie de fado, qui officie à la viola et qui mobilisa pour la circonstance un autre vétéran, Manuel Corgas, l’un des cadors de la guitarra à Paris, et Ana Paula, toute heureuse de retrouver le fado après deux années de disette pandémique.

La trentaine de places que contient l’établissement trouva preneurs, portugais ou français, dans une ambiance familiale et bon enfant, sous la houlette à la fois impériale et bienveillante de la capverdienne Dona Josefa, assistée au service par les jeunesses de sa petite famille. Il y eut des célébrations d’anniversaires, un peu de fado vadio, un public peu avare d’applaudissements pour les artistes, et des clients satisfaits de leurs repas à la fois simples, goûteux et généreux.

Dona Josefa nourrissait quelques appréhensions à l’approche de cette soirée. Le public répondrait-il présent? Apprécierait-il la soirée? La voici rassurée. A tel point qu’elle remet les couverts dès le vendredi 29 octobre avec les mêmes guitaristes et une jeune fadiste venue du Portugal et dont on dit grand bien, Isa de Castro.

A découvrir donc dans cette Belote, qui pourrait bien devenir cette «tasca» populaire dont la capitale française manque tant, un lieu sans prétentions, mais débordant de sympathie.

 

La Belote

58 rue de Saussure

75017 Paris

Infos: 01.42.67.46.90

 

Cultura

 

 

X