Uma senha ser-lhe-á enviada por correio electrónico.

Lionel Delalleau rend hommage aux soldats du Cimetière Militaire Portugais de Richebourg

Comunidade

 

L’histoire de la participation portugaise à la I Guerre mondiale s’enrichit par de nouvelles découvertes de lieux où sont enterrés des soldats portugais, mais le Cimetière Militaire Portugais de Richebourg reste, toutefois, le plus représentatif, le plus solennel.

Avec la célébration de l’Armistice, les soldats, de quelque nationalité qu’il soient, ont été honorés, rappelés ce mois de novembre, un peu partout.

Un des «ambassadeurs» de la «cause» portugaise, Lionel Delalleau a voulu, à sa manière, rendre hommage à tous ceux, portugais, qui ont combattu en terres de Flandres.

Lionel Delalleau a symboliquement déposé à Richebourg, quatre petites croix décorées d’un coquelicot: l’une sur la base de l’autel du Cimetière, rendant hommage à tous les soldats d’une façon générale, une seconde sur la tombe de António Freitas de Melo, car Lionel Delalleau a trouvé dans le Cimetière, une plaque, par terre, en son nom. Deux autres croix ont été disposées sur des pierres tombales d’ancêtres du passionné, chercheur, collectionneur, Álvaro Rodrigues: Brigas Alfredo et Manuel Rodrigues Carola.

De noter que la pierre tombale de Brigas Alfredo, qui était enveloppée par un des arbres du cimetière, comme celle de l’autre cotée aussi, entourée par un autre arbre, ont été cassées pendant les récents travaux. Il paraît qu’il y a un projet pour ces deux tombes, qu’il serait bon de connaître officiellement.

Rendons ici hommage aux sergents et soldats portugais du service du SHAPE qui ont déposé près de l’autel, une gerbe de fleurs très récemment.

À cent mètres du Cimetière Militaire Portugais, des cérémonies officielles ont eu lieu dans le Mémorial Indien: 10 gerbes y sont encore présentes dans un très bon état de conservation.

Question qui peut se poser: d’autres cimetières, plus ou moins proches de Richebourg, ont des tombes de soldats portugais, qui eux aussi, doivent et méritent d’être honorés, n’y a pas lieu de créer une Commission pour visiter ces lieux et y déposer des gerbes de fleurs régulièrement?

Nous ne manquerons pas de visiter le Cimetière allemand de Wavrin et de déposer des fleurs sur les tombes de José Pinheiro (Pinkeiro José sur la tombe) et José Pereira (Pereira Josa sur la tombe) rappelés par article récent dans LusoJornal, signé par Myriam Bruzac (*).

 

(*) https://lusojornal.com/prisonniers-de-guerre-portugais-dont-la-sepulture-etait-introuvable-en-france-car-enterres-comme-soldats-allemands/

 

Donativos LusoJornal

 

X