Uma senha ser-lhe-á enviada por correio electrónico.
Cultura

 

“Lembranças do sítio – Mon enfance dans le Mato Grosso”, de Mazé Torquato Chotil, est un récit autobiographique, publié au mois de juin dernier par Le Poisson Volant, jeune maison d’édition spécialisée dans la sphère culturelle lusophone. La présente publication est bilingue, avec une traduction de l’auteur de ces lignes et des illustrations de Lourdes de Deus, peintre naïve qui vit actuellement entre São Paulo et Goiânia.

Née à Glória de Dourados, dans l’État du Mato Grosso do Sul (Brésil), région encore peu connue, aux frontières de la Bolivie et du Paraguay, Mazé Torquato Chotil cherche, à travers ce livre jalonné de petits contes, de fables et d’historiettes, à ressaisir les moments marquants d’une enfance presque mythique vécue au milieu des plantes et des arbres de la savane, embellie par les couleurs des ipés, des toucans et des aras. Ses souvenirs, réels ou imaginés, nous sont restitués avec beaucoup de sensibilité et de poésie: «J’ai vécu dans notre ‘sítio’ (petite propriété rurale), dans le Mato Grosso, jusqu’à l’âge de six ans. Bien sûr, je ne me souviens pas du moment de ma naissance, mais ma mémoire a surtout retenu l’odeur de la forêt, le chant des oiseaux, le bruit du vent dans les feuillages et la présence des animaux tout près de notre maison. J’ai passé les premières années de mon enfance en plein cœur de la nature, mangeant les fruits de la terre, buvant l’eau pure du ruisseau ou du puits, voyant la joie de mes parents quand la pluie tant attendue arrivait au bon moment et la récolte s’annonçait abondante. Un monde fantastique, merveilleux, le monde de mon enfance…»

Dans l’avant-propos de son livre, l’auteure nous dit encore ceci sur le contexte géographique et économique, ainsi que sur son itinéraire familial: «À l’époque il n’y avait qu’un seul État, le Mato Grosso, en grande partie recouvert d’immenses forêts. Ce n’est que plus tard qu’il a été séparé en deux états: le Mato Grosso et le Mato Grosso du Sud. Mes parents avaient quitté l’État du Ceará, dans le Nordeste du Brésil, pour faire leur vie précisément dans ce nouvel État du Mato Grosso du Sud, voisin avec la Bolivie et le Paraguay. Après avoir beaucoup travaillé sur des terres qui ne leur appartenaient pas, ils avaient fini par obtenir du gouvernement fédéral un bout de terre dans cette région de peuplement».

Au milieu des années 1970, Mazé Torquato Chotil part étudier à São Paulo. Elle vit à Paris depuis 1985. Journaliste, chercheuse, titulaire d’un doctorat en Sciences de l’Information et de la Communication soutenu à l’Université de Paris VIII et d’un post-doctorat à l’EHSS, elle est l’auteure, notamment, de plusieurs autres ouvrages à caractère autobiographique et aussi biographiques (le syndicaliste José Ibrahim, la chanteuse Maria d’Apparecida).

Publié en édition bilingue, “Lembranças do sítio – Mon enfance dans le Mato Grosso” convient notamment aux jeunes lecteurs, entre 8 et 12 ans, de la classe de CM1 à la 5ème du collège. Outre qu’il permet de découvrir une région du Brésil encore peu connue, ce récit permettra de faire d’une pierre deux coups: pratiquer la lecture et faire des va-et-vient entre le français et le portugais.

Une rencontre littéraire entre l’auteure et le traducteur de ce livre aura lieu, en live-vidéo, le vendredi 16 septembre, à 19h00, sur la page Facebook de l’Institut Culturel Alter Brasilis (facebook.com/institut.culturel.ab).

 

Donativos LusoJornal
X