Uma senha ser-lhe-á enviada por correio electrónico.

Ces inconnus portugais dans l’histoire familiale

Dominique Bascour Dominique Bascour Bruno Cavaco Dominique Bascour
Comunidade

 

Dans l’histoire contemporaine du 20ème siècle, ces inconnus sont Portugais mais aussi Belges et Anglais, la prédominance est française bien sûr. Deux mariages mixtes luso-français sont abordés ici, issus de la participation portugaise à la I Guerre mondiale, en Flandres. Ces individus ne sont pas restés inconnus, il y a quelques années ils se sont enrichis d’un visage, d’une histoire locale.

 

José Joaquim

Soldat du Corps Expéditionnaire Portugais (CEP), José Joaquim est né à Bordonhos. Il est fils d’António, sabotier de métier, et Rosária de Jesus. Intégré au Régiment de sapeurs-mineurs (ceux qui entretiennent les tranchées, réparent les parapets…), il est licencié en France en juillet 1920.

Il devient Vice-Président de la Section locale des Anciens combattants portugais de La Gorgue. En août 1919, il fait partie de la Commission Portugaise des Sépultures de Guerre, installée dans la commune.

Rm: Pour se souvenir de cette présence portugaise, le drapeau de la Liga dos Combatantes da Grande Guerra est encadré et visible sur un mur intérieur de la Mairie (photo jointe).

En 1922, menuisier âgé de 25 ans, José Joaquim épouse Madeleine Deleau son aînée de 5 ans, veuve d’un soldat français ‘Mort pour la France’, décédé en Belgique. Madeleine est la cousine germaine de mon arrière-grand-mère maternelle Henriette Dubar.

Le couple Joaquim-Deleau tient un café, une luso-descendance n’est pas connue à ce jour…

Aujourd’hui, José Joaquim et Madeleine sont enterrés au Cimetière communal de la Gorgue.

Note: Le patronyme Joaquim est très présent depuis la I Guerre mondiale, dans le département du Pas-de-Calais, avec des naissances après-guerre dans les communes d’Isbergues, Molinghem, Beuvry, communes proches des cantonnements de soldats portugais pendant la I Guerre mondiale.

 

João Penão

Le soldat portugais Jean Damase Penao, écriture francisée de João Damázio Penão (une signature très lisible Jean Damásio Penão sur l’acte de mariage), est né à Alpalhão, Nisa, Portalegre, en 1894, Régiment de cavalerie pendant la Guerre. Il embarque à Lisboa en mars 1917. Il est licencié en France en juin 1919, où son domicile est Le Touquet-Paris-Plage (Pas-de-Calais).

Jean Penão fait partie de la Commission Portugaise des sépultures de guerre fin juillet 1919, le siège est à La Gorgue (Nord).

Il y épouse en 1920 Juliette Lecocq, son aînée de 7 ans. Elle est native de La Gorgue, commune proche du front portugais en 1917-18. Elle est veuve d’un soldat français ‘Mort pour la France’.

Jean est épicier lorsqu’il est témoin en 1922 du mariage d’António Costa, également soldat de l’Armée portugaise au 1er groupe de compagnies de santé. António épouse lui aussi une Française, une demoiselle Henniard native de la commune de La Gorgue.

Jean Penão est enterré au Cimetière communal, de même que son épouse (sous son 2ème prénom) Antoinette Lecocq.

Note: Le patronyme Penao s’implante en France après-guerre du fait de quelques naissances à La Gorgue, très peu néanmoins par rapport à d’autres noms de famille portugais. Une rare présence s’observe dans l’Essonne dans les années 1970, selon le site Geopatronyme.

 

André Penao, fils de João, est né en 1924 à La Gorgue, rue de la gendarmerie, selon une copie d’acte délivrée par la Mairie en 2017. Il y épouse en 1963, 2èmes noces tardives, une cousine germaine de ma mère Janine Baussart. Il y décède en 2019.

Il est inhumé au Cimetière du Nouveau-Monde, hameau de la Gorgue. Il y avait, tout près de là, un poste de secours portugais lors de la I Guerre mondiale. La photo jointe de la sépulture date de ~2017, d’où l’absence de marquage de la date de décès 2019 sur la tombe.

 

Une Communauté portugaise est importante à La Gorgue après-guerre, du fait de la présence de soldats portugais travaillant au déplacement des corps, des soldats morts, vers le Cimetière militaire portugais de Richebourg. En complément ICI.

A noter que des anciens combattants portugais, de la communauté de La Gorgue, sont toujours à identifier, voir ce lien ICI.

 

Sources:

Arquivo Histórico Militar

Archives départementales du Nord et Mairie de la Gorgue

Geopatronyme.com

Dictionnaire étymologique et historique de La Gorgue

 

Donativos LusoJornal
X