Uma senha ser-lhe-á enviada por correio electrónico.
Comunidade

 

Le Cimetière militaire portugais de Richebourg et le monument en l’honneur du Corps Expéditionnaire Portugais de La Couture, par les diverses actions du devoir de mémoire y réalisées, sont largement connus. Moins connus est Ambleteuse (1) (2)… et pourtant!

C’est à Ambleteuse que les soldats portugais arrivaient, s’entrainaient, là étaient quatre hôpitaux qui recevaient les blessés portugais. C’est à Ambleteuse que le premier monument en l’honneur des soldats portugais de la I Guerre mondiale a été construit… raisons plus que suffisantes pour créer des évènements pour faire connaître le rôle d’Ambleteuse lors de la I Guerre mondiale et de la participation portugaise.

Rappeler, promouvoir, d’autant plus que, récemment élu, le Maire actuel, Stéphane Pinto, est le petit-fils d’un soldat portugais marié dans le village d’à côté, Audresselles (3).

À l’initiative de l’Adjointe à la culture, Catherine B’Aheu, une réunion s’est tenue à la Mairie d’Ambleteuse ce vendredi 21 janvier, pour réfléchir sur la mise en place d’un programme, en 2022, pour mettre en valeur les soldats portugais du CEP passés par le village et envisager un programme culturel dédié au Portugal.

Étaient présents à cette réunion, en plus du Maire d’Ambleteuse, son Adjointe à la Culture, le Consul honoraire du Portugal à Lille Bruno Cavaco, le Directeur du Pôle Aménagement et Développement Territoriale, Direction Grand Site de France Vincent Bastien, l’Adjoint à la Culture de la ville de Boulogne-sur-Mer Julien Championnet, le collaborateur de LusoJornal dans la région António Marrucho et l’historien Georges Viaud, Président de la Délégation de Paris et d’île-de-France de la Ligue des Combattants Portugais.

Ce dernier, en début de réunion, a fait un exposé, profitant pour montrer également des photos d’époque pour expliquer l’importance d’Ambleteuse dans le dispositif du CEP, d’autant plus que le village aura un rôle important jusqu’à 1919 (4): dès le 13 avril, des soldats arrivent, s’éloignement des terrains de la Bataille de La Lys. C’est là que des soldats resteront et partiront pour rentrer au pays, le plus souvent à partir du port de Cherbourg.

A été évoqué également les mariages à Ambleteuse entre des soldats portugais et des demoiselles du village.

Le résultat de la réunion, peut se résumer en deux parties: une partie événementielle, plutôt militaire, et une autre plutôt culturelle.

Le 3 avril est prévue la visite d’autorités militaires portugaises, après le passage par le Cimetière de Boulogne-sur-Mer, avec hommage devant le monument portugais d’Ambleteuse et inauguration d’une exposition de Georges Viaud sur la présence portugaise pendant la I Guerre mondiale dans le village et ses environs.

Quelques aménagements vont être réalisés autour de la croix portugaise située dans le Cimetière d’Ambleteuse, deux plaques seront dévoilées par les mêmes autorités le 3 avril.

La partie culturelle, encore à l’étude, comportera soit du folklore, du théâtre, repas, «sardinhada» ou tout cela à la fois. Cette composante s’intégrant, dans les manifestations de Boulogne-sur-Mer de la Saison France-Portugal 2022 qui débutent le 6 juillet.

 

(1) https://lusojornal.com/i-guerra-mundial-le-1er-monument-en-honneur-des-soldats-portugais-a-ete-inaugure-a-ambleteuse-en-1919/

 

(2) https://lusojornal.com/i-guerre-mondiale-ambleteuse-la-base-arriere-medicale-portugaise-pendant/

 

(3) https://lusojornal.com/la-belle-histoire-des-jose-pinto-pere-et-fils-ou-lhistoire-dune-famille-de-poilu-portugais/

 

(4) Dans le Bulletin de réfugiés du Pas-de-Calais du 31 août 1919, on pouvait lire: «À travers l’Artois-Ambleteuse: En jouant dans une pâture des environs de la commune, le jeune Sauvage, avait fait la découverte d’une grenade. Tout à coup, l’engin éclata. L’imprudent gamin ne fut pas blessé, mais son jeune frère Maurice, âgé de 11 ans, fut atteint à la jambe gauche, et sa sœur, Yvonne aux deux jambes par les éclats du projectile. Une ambulance portugaise les transporta à l’hôpital Saint-Louis».

 

Donativos LusoJornal
X