Uma senha ser-lhe-á enviada por correio electrónico.
Comunidade

 

La présence portugaise en France avant la I Guerre mondiale existe. Elle est faible et peut être vérifiée, entre autres, par l’étude des noms de famille et les bulletins militaires des engagés portugais dans l’Armée française. Les unions issues de la rencontre de Françaises avec des Portugais se développent lors de la Grande guerre. Elles initient la présence des Communautés portugaises locales.

Deux exemples de communes françaises où les Portugais s’installent sont donnés ici.

A La Gorgue, commune du département du Nord, proche du front portugais en 1917-1918, était installée la Commission Portugaise des Sépultures de Guerre (CPSG). Des soldats du Corps Expéditionnaire Portugais (CEP) ont travaillé pour cette Commission à partir de l’été 1919, en retrouvant les tombes et regroupant les corps des soldats portugais morts pour leur Patrie. Sans connaître la France, ces soldats portugais s’y sont installés parce qu’ils ont rencontré leur «fiancée» française.

C’est la naissance, à La Gorgue, d’une Communauté portugaise. De nombreux mariages, de nombreuses naissances, des légitimations d’enfants nés hors mariage, des unions libres… C’est aussi le début des Associations d’anciens combattants portugais (1).

Mont-Bernanchon fait partie des villes, du département du Pas-de-Calais, où s’installe une Communauté portugaise. La commune se trouve à une dizaine de kilomètres du front portugais des Flandres. Deux sœurs y épousent deux soldats portugais, la famille s’agrandit… (2).

Des exemples parmi d’autres qui donnent l’occasion de présenter une photo, où figurent d’anciens combattants, dont portugais.

La scène se passe à Cassel (Nord) en 1929. Cinq photos (une seule est proposée dans cet article) présentent un groupe de dix hommes. Certaines sont prises au pied de la statue équestre du Maréchal Foch, inaugurée le 7 juillet 1928 (Cassel, ville où le Maréchal avait son Quartier Général).

Les hommes portent chapeaux, casquette et bérets qu’ils s’échangent pour la pose photographique. Une petite fille est présente sur une photo. De la famille? Elle prend les photos? Elle habite Cassel?

L’ancien soldat portugais à droite est connu. Il s’agit de Carlos Soares, l’aïeul de Pascal Soares qui propose cette photo.

M.B. da Silva reconnait celui de gauche comme son grand-père. Agostinho Correia da Silva, soldat du CEP, s’installe en France après-guerre. Il se marie à Aire-sur-La-Lys en 1926, ville où stationnait le CEP à son arrivée en France en 1917.

Des excursions d’anciens combattants étaient organisées à Cassel pour visiter la ville et rendre hommage au Maréchal Foch et aux Morts au champ d’honneur. Une gerbe était déposée pour l’occasion au Monument aux morts.

Cette photo de 1929 est peut-être liée à ce tourisme de mémoire?

Aidez-nous à identifier ces anciens combattants!

 

(1) https://lusojornal.com/anciens-combattants-portugais-restes-en-france-apres-guerre-aide-a-lidentification/

(2) https://lusojornal.com/i-guerre-mondiale-des-soldats-portugais-demandent-la-carte-du-combattant-francais/

 

Donativos LusoJornal

 

X