Uma senha ser-lhe-á enviada por correio electrónico.

I Guerre mondiale: Ces natifs du Portugal, Français ou Portugais, dans l’Armée française

Agence Rol. Gallica BnF Agence Rol. Gallica BnF Agence Rol. Gallica BnF
Comunidade

 

Ou la présence française au Portugal dès le milieu du 19ème siècle.

Les Portugais se sont installés en France après la I Guerre mondiale, parce qu’ils ont combattu en Flandres en 1917-1918 avec le Corps Expéditionnaire Portugais (CEP).

En tant que travailleurs pendant la guerre, ils comblent une main d’œuvre française insuffisante et ont ainsi contribué à l’effort de guerre. Une présence portugaise est également constatée avant-guerre en France par l’analyse des noms de famille et des feuillets matricules de soldats.

Certains Portugais ont fait leurs classes en France, dans des Régiments français dont étrangers comme Légionnaires.

Une approche complémentaire est proposée par l’étude récente de Fernando José Gouveia Pais. Elle aborde les soldats natifs du Portugal qu’il appelle le contingent «Luso-français».

Le Ministère français des armées et son site Mémoire des Hommes contribuent à la connaissance de ces soldats, en permettant de consulter les fiches des Morts pour la France et «Non Morts pour la France» (*).

Les bulletins militaires, conservés aux Archives départementales françaises, regroupés sur le Grand Mémorial également (Ministère français de la Culture). Les chercheurs peuvent mener des études et corriger des informations, plus de cent ans après.

Des données viennent d’être corrigées sur le site Mémoire des Hommes. Par exemple, Jean François Capdeville, né à Oloron-Sainte-Marie, confondu avec un homonyme né au Portugal, d’autres en attente de correction. L’étude des feuillets matricules des natifs du Portugal (~450 soldats sur le Grand Mémorial, chiffre encore en évolution avec les apports des Centres d’Archives…) est une avancée pour la transmission d’une histoire collective, d’informations individuelles utiles aux descendants et au travail de Mémoire.

 

(*) Remarques concernant la mention «Non mort pour la France»:

A l’occasion du Centenaire, plus de 90.000 fiches de soldats n’ayant pas obtenu la mention «Mort pour la France» sont mises en ligne. Ces fiches correspondent à des cas non instruits pour l’obtention de cette mention. Elles se trouvent à la ligne «Non Mort pour la France». Ces soldats sont morts pendant la I Guerre mondiale. Les fiches sont succinctes mais peuvent être complétées aujourd’hui par les feuillets matricules. Le fichier vient compléter celui des soldats «Morts pour la France», mention instituée par la loi française du 2 juillet 1915, mis en ligne sur le site Mémoire des Hommes en novembre 2003. Des natifs du Portugal sont présents dans les 2 fichiers, dont Adolfo de Medeiros, Légionnaire (1) (2).

 

L’étude de Fernando Pais

Quelques mots concernant l’auteur: Licencié en Histoire de la Faculté de Lettres de l’Université de Coimbra, disposant d’un Master en Histoire Moderne, il est Chercheur indépendant en histoire contemporaine. Son travail est publié, dont 6 études d’une série concernant la I Guerre mondiale, intitulée «Da Guerra à Paz». Elles abordent les contingents militaires envoyés sur les théâtres d’opérations pour les municipalités portugaises de Barreiro, Bombarral, Cantanhede, Carregal do Sal, Figueira da Foz, Nelas et Tábua. Est également édité, en 2020, un livre résultant de sa transcription de l’écrit d’un soldat de la Grande Guerre, qu’un petit-fils avait gardé.

L’étude consiste à identifier tous les soldats natifs du Portugal qui ont combattu (ou pas: réfractaires, non bons pour le service à cause de l’âge…) pour la France, pendant la I Guerre mondiale. Morts ou non lors du conflit, des biographies sont créées pour chacun et permettent d’en connaître davantage concernant le parcours de ces soldats de leur recrutement à la guerre (3).

Fernando Pais écrit: «La curiosité innée de l’historien a été déclenchée par l’excellent travail réalisé par le LusoJornal, un média bilingue qui fait beaucoup pour localiser, diffuser et préserver le passage du Corps Expéditionnaire Portugais en terre française».

Des parcours individuels de soldats, qui pouvaient prétendre à la double nationalité par le «Droit du sol», sont proposés. 352 fiches de soldats sont examinées (après élimination des doublons): 346 au Portugal, 4 au Mozambique, 1 en Angola, 1 sur un navire français faisant le voyage Lisboa-Rio de Janeiro. Les Légionnaires (naturalisés ou non) ajoutés aux soldats affectés dans d’autres régiments de l’Armée française sont appelés par Fernando Pais «le contingent luso-français». Mélange de Portugais et d’hommes de la communauté française présente au Portugal.

Parmi les localités de naissance de ce contingent luso-français, figurent essentiellement la commune de Lisboa, suivie de Porto, Setúbal, et quelques autres lieux du Nord au Sud du pays.

Fernando Pais donne des éléments d’analyse de la présence d’une Communauté française au Portugal depuis les années 1850: l’implantation d’usines dont verrerie, l’enseignement… En rappelant que seules les familles ayant des hommes mobilisables pour la Grande Guerre ont été identifiées. Parmi les couples franco-portugais étudiés, certains sont restés au Portugal.

D’autres informations sont lues, la naturalisation, les réfractaires… les autres éléments qui réduisent le nombre initialement donné de soldats du contingent «luso-français» ayant combattu en France pendant la Grande Guerre.

 

Remarques concernant les lieux de recherche pour les dossiers militaires de la Légion étrangère:

Légionnaires ayant servi après 1902: «Képi blanc», 13673 Aubagne cedex.

Légionnaires français et naturalisés (XIX-XXème siècles): C.A.P.M. Caserne Bernadotte, 64023 Pau cedex.

Sous-officiers et soldats, dossiers (XIX-XXème siècles): Commandement de la Légion étrangère, Bureau des anciens, BP 13998 Marseille Armées.

Sachant que les Légionnaires ont la possibilité de s’engager sous anonymat, singularité de «l’identité déclarée» (4) légiférée avant le XXème siècle, des identifications sont encore à faire…

 

Un rappel important pour la comprehension de ce texte: Le «contingent luso-français», abordé ici, est à différencier du Corps Expéditionnaire Portugais. Le premier a combattu sur tout le front français dès 1914. Le deuxième a combattu en Flandres à partir de 1917.

 

Notes:

(1) Adolfo de Medeiros à ce lien: https://lusojornal.com/adolfo-de-medeiros-mort-en-1914-une-sepulture-introuvable-en-france/

(2) Portugais dans l’Armée française dont Légion étrangère à ce lien: https://lusojornal.com/ces-portugais-engages-volontaires-dans-larmee-francaise-avant-pendant-et-apres-la-i-guerre-mondiale/

(3) L’étude de Fernando Pais en langue portugaise à ce lien: https://www.academia.edu/66923433/Mort_pour_la_France?fbclid=IwAR3p6NRxj89lRw6n52WVHhYMuLWCRNu4dgfOF_OW_spq9b5cXrXdvWZpCE4

Intitulé: «Mort pour la France, Nascer em Portugal, Lutar et morrer pela França na 1a Grande guerra».

(4) L’anonymat du Légionnaire: https://www.afdsd.fr/wp-content/uploads/2018/01/RDD03-1tardivel.pdf

 

Crédit images: Agence Rol. Gallica BnF,

Statue représentant des soldats de la Guerre 14-18, Ossuaire de la Ferme Navarin dans la Marne, 1924. Ossuaire où figure le Légionnaire De Carvalho Raphael Xavier du 10ème arrondissement de Paris (2).

Real del Sarte, sculpteur de la statue, a également construit le monument aux morts de Laventie, Pas-de-Calais, commune en secteur portugais lors de la I Guerre mondiale.

 

Donativos LusoJornal

 

X