Uma senha ser-lhe-á enviada por correio electrónico.

La première voiture au Portugal: une française | Et le premier accident…

Comunidade

 

La première automobile à circuler au Portugal a été une Panhard-Levassor, importée depuis Paris il y a de cela 126 ans, par le 4ème Comte d’Avilez, en octobre 1895.

Ce jeune aristocrate, Jorge de Avillez habitait Santiago do Cacém, district de Setúbal. Il fut par ailleurs Maire de la ville entre 1899 et 1901, année de son décès très jeune, à l’âge de 32 ans.

Curieusement, la douane de Lisboa a eu du mal à faire appliquer la taxe adéquate lors de l’importation du véhicule, hésitant entre taxer une machine agricole ou une machine fonctionnant à la vapeur. On a décidé de taxer selon une machine à vapeur.

Roulant à une vitesse maximale de 15 kilomètres par heure, la voiture a effectuée «un voyage historique» de Lisboa jusqu’à Santiago do Cacém, qui a duré trois jours, marqués par une série d’aventures.

Cette voiture restera par ailleurs dans l’histoire, à cause d’un événement insolite. Dès son premier voyage entre Lisboa et Santiago do Cacém, a eu lieu le premier accident sur la route. La victime a été… un âne.

Lors des commémorations des 120 ans de l’automobile au Portugal, organisées par la Mairie de Santiago do Cacém et par le Clube de Automóveis Antigos da Costa Azul, avec le soutien de l’Automóvel Clube de Portugal (ACP), la Panhard & Levassor est revenue à Santiago do Cacém, sa destination initiale. Cette première voiture à avoir circulé au Portugal, appartient désormais à l’ACP et se distingue au Musée des Transports et des Communications, à Porto.

La société Panhard-Levassor aurait produit, entre 1890 et 1896, 195 exemplaires de ce qui est considéré la première voiture à essence en série, le moteur étant un Daimler Type P.

Concernant encore les voitures, voici ce qui écrivait le Journal de Roubaix du 21 septembre 1929, en page 2: «l’eau carburant pour automobile: Lisbonne 20 septembre – deux ingénieurs portugais auraient inventé un dispositif permettant d’alimenter les moteurs d’automobiles avec de l’eau qui fournirait de l’hydrogène pour la carburation. On étudierait l’application de ce dispositif sur avions. Les essais sur des automobiles auraient donné satisfaction». Une invention en avance d’un siècle? Si on aurait voulu en aurait…pu?

 

Petit rappel: Bartolomeu Lourenço de Gusmão, né à Santos, au Brésil en décembre 1685 et décédé à Tolède le 18 novembre 1724, surnommé le prêtre volant, était un prêtre laïc luso-brésilien, scientifique et inventeur né dans la Capitainerie de São Vicente, célèbre pour avoir inventer le premier dirigeable opérationnel, qu’il appela le «Passarola» (1).

Fernando Pessa dirait: «e esta, hein!». Un projet de développement du premier train à hydrogène portugais a déjà démarré. L’initiative vise à transformer les autorails diesel qui circulent sur la ligne du Vouga – le train appelé Vouguinha – avec des piles à combustible à l’hydrogène qui produisent de l’électricité.

Au Portugal, on n’a pas de pétrole, ou très peu, mais on a des idées!

 

(1) https://lusojornal.com/bartolomeu-lourenco-de-gusmao-linventeur-de-la-montgolfiere-avant-montgolfier/

 

Donativos LusoJornal
X