Uma senha ser-lhe-á enviada por correio electrónico.
Cultura

 

Un tableau de Luis Lemos est exposé à la Cathédrale de la Treille, à Lille, jusqu’au 2 janvier 2022.

Dans le prospectus de présentation de l’exposition on peut lire: «cet automne, le Centre d’Art Sacré de Lille continue de voir la Passion en couleur et après le bleu il propose aux visiteurs de (re)découvrir la Passion du Christ… en Rouge. Grâce à cette thématique picturale, il poursuit sa mission de mise en valeur de la richesse de la collection de Delaine. Ces toiles et ces sculptures, nous parlent toujours de cette humanité et souffrance du XXème siècle et de cette génération d’après-guerre qui aspire à un futur irradiant de paix. Ces artistes pour la plupart athées ou agnostiques s’inspirent des évangiles… nous engagent vers l’avenir avec un regard optimiste et rempli d’espérance sur notre Humanité».

L’artiste portugais Luis Lemos avec des couleurs vives qui sont le rouge, le bleu, le marron… nous peint la passion du Christ, sa souffrance, entouré par les personnages qui ont eu une action ou qui ont été témoin, à leur manière, du Christ mort et ressuscité.

Après Mário Chichorro (1), c’est donc à un autre artiste portugais de s’exposer, sur le thème de la Passion, à Lille.

Luís Lemos est né à Belmonte en 1954 (2), mais c’est à Paris, à l’école du Louvre qui suit des cours de dessin. Il collabore au magazine Cimaise, dédié à l’art contemporain. C’est à partir des années 1980 que Luís Lemos organise plusieurs expositions individuelles en Europe. Il vit actuellement entre Lisboa et Paris.

On peut situer sa peinture, sous le nom de «Bad Painting», dans le postmodernisme des années 1980, qui, entre autres manifestations, nous a apporté le néo-expressionnisme allemand, dont le geste sauvage et les thèmes brutaux assument une peinture tumultueuse. On trouve aussi derrière cette fête de couleurs et de corps des «regards tendres», «d’incertitudes, de retenues, d’énigmatiques ambivalences», thèmes qui signent l’œuvre de Luís Lemos.

Son lieu de naissance, Belmonte, se reflète-t-il dans son œuvre? Les Découvertes maritimes, Pedro Álvares Cabral est originaire de Belmonte, le judaïsme, les «Marranos»?

Quelques mots sur Gilbert Delaine, collectionneur des œuvres exposées: il est né le 11 janvier 1934, catholique pratiquant il s’engage aux côtés de l’Abbé Pierre. Il découvre l’art contemporain dans les années 1970 et devient collectionneur et convainc la Mairie de Dunkerque de faire construire un Musée d’art contemporain, musée qui sera inauguré en 1982. Au début des années 1980, Gilbert Delaine fait l’expérience de la souffrance et de la maladie provoquant chez lui une réflexion sur la vie, la mort et l’espérance. Il écrit et demande à des artistes de travailler sur le thème de la Passion. Ses amis artistes répondent positivement et réalisent des œuvres. Œuvres que Gilbert Delaine fait dont à l’Association Diocésaine de Lille en 1996.

Parmi les œuvres exposées dans la Crypte de la Cathédrale de la Treille, ont pourra contempler deux tableaux du brésilien Sérgio Ferro – le Christ Tombé et Simon de Cyrène. Un tableau peint en noir d’Andy Warhol en 1986 interpelle: «Last Super», («La dernière scène»). Le doute est en nous dans le tableau d’Warhol qui représente le Christ fait homme… nous y voyons aussi une femme… est-ce seulement notre imagination personnelle?

Luís Lemos, Sérgio Ferro, Andy Warhol et bien d’autres à découvrir sous le thème de la Passion, à un moment où nous approchons du temps de la naissance, de l’Espérance.

 

Jusqu’au 2 janvier 2022

Centre d’Art Sacré de Lille

Place Gilleson

59000 Lille

Les samedi et dimanche

De 14h00 à 18h00

 

(1) https://lusojornal.com/mario-chichorro-expose-un-de-ses-tableaux-au-centre-dart-sacre-a-lille/

(2) https://lusojornal.com/opinion-belmonte-le-beau-mont-a-decouvrir/

 

Donativos LusoJornal

 

 

X